A l’affût d’orangs-outans dans la réserve de Semenggoh

Sur la route qui nous menait à notre longhouse le long du fleuve Batang Ai, nous nous sommes arrêtés au Semenggoh Wildlife Rehabilitation Centre qui est la réserve naturelle la plus proche de Kuching, où l’on peut observer des orangs-outans en semi-liberté.

Au jour d’aujourd’hui, les orangs-outans (que l’on trouve à l’état sauvage uniquement sur les îles de Bornéo et de Sumatra) sont une espèce en voie de disparition. Protégés, on estime leur population à environ 20 000/27 000, dont peut être environ 20 000 sur Bornéo et le reste sur Sumatra. Les facteurs de cette déclinaison sont nombreux :

déforestation sans limite de la jungle, leur espace naturel pour notamment le commerce du bois ou de l’huile de palme,

l’empiétement de la civilisation sur son habitat,

la chasse,

ou encore le commerce illégale d’animaux sauvages ;

et c’est dans ce but que des réserves naturelles ont vu le jour.

DSC07108

Les 3 principales réserves sur tout Bornéo où l’on peut observer les orangs-outans en semi-liberté sont :

Semenggoh pour la province du Sarawak

Sepilok pour la province de Sabah

Tanjung Puting pour Kalimantan

Il y d’autres endroits bien sûr, comme les parcs nationaux dans chaque provinces où ils sont en totale liberté, mais ces réserves là sont un moyen de réhabiliter les orangs-outans à la vie dans la jungle après une période de captivité illégale.

La réserve de Semenggoh a été fondé en 1975 afin de recueillir initialement tout animaux sauvages qu’ils soient blessés, orphelins ou qui avaient été « gardé » illégalement en tant qu’animal de compagnie ; et ce dans le but

-de les réhabiliter à la vie sauvage, dans leur espace naturel qu’est la jungle. Et ce n’est pas une mince affaire, car il faut leur apprendre

à se déplacer dans la nature, entre les arbres mais aussi sur le sol,

à construire leurs nids (chose assez invraisemblable, mais oui les orangs-outans se font des nids :)),

305
crédit photo : http://objectifgibbon.files.wordpress.com/2009/07/305.jpg?w=570&h=427

à leur faire comprendre la différence entre les plantes, certaines ne leur étant pas bénéfiques,

et à leur apprendre à trouver de la nourriture (plus difficile quand c’est pas la saison des fruits). Afin de les aider au mieux durant cette saison où il y a moins de fruits dans les arbres, les éducateurs du centre leur déposent toutes sortes de fruits (bananes, noix de coco, oeufs…) ainsi que des médicaments (à leur insu), sur des espèces de plateformes.

DSC07133

-de pouvoir poursuivre des recherches scientifiques sur des espèces en voie de disparition.

-d’éduquer les visiteurs du centre sur l’espèce et sur la nécessité de poursuivre cette réhabilitation.

Semenggoh n’est peut être pas la plus grande des réserves, seulement 6.7 km² (contre 355 000 pour Tanjung Puting qui est en fait aussi un parc national) mais elle abrite une grosse dizaine d’orangs-outans et a un cachet naturel. On nous prévient partout que d’aller dans la réserve n’est en rien une garantie de voir des orangs-outans et on ne peut rester plus d’une heure non plus, afin de ne pas les habituer autant que possible aux humains. Même si lorsque nous avions été, nous n’étions pas les seuls sur place, on nous tous « gentiment » montrer le chemin après un certain temps où il était clair pour les éducateurs qu’après avoir réussi à en appâter un (avec une bouteille en plastique et des oeufs) sur une des plates formes, les autres ne viendraient pas.

Actuellement, ici sur Bornéo, nous sommes au début de la saison des pluies, il pleut pour le moment tous les jours (en général en soirée ou pendant la nuit), mais qui dit saison des pluies dit aussi fruit season, comme les locaux le disent 🙂  et du fait que les arbres fruitiers regorgent de fruits, les orangs-outans familiers dans la recherche de nourriture dans leur jungle ne se montrent que très rarement. Nous n’en verrons au final qu’un mais c’est toujours mieux que rien et au moins, on sait qu’ils sont bien plus sauvages que captifs :). Je préfère d’ailleurs ça que le mec qui par exemple va nourrir les poissons de son bateau, lorsque tu fais du snorkelling pour les attirer autour de toi et t’en mettre plein les yeux (comme c’était le cas dans les Whitsundays en Australie) !

DSC07121

= ha on voit des arbres se balancer : signe de présence d’un orang-outan qu’on commence petit à petit à distinguer entre les feuillages 🙂 et une fois qu’on le voit, même de loin, c’est comme si tout à coup on était sur une autre planète 🙂 tant la joie d’en voir un dans la jungle, nous reste sans voix 🙂

DSC07122

= et le voilà qu’il se rapproche de nous 🙂

DSC07123  DSC07141

= par contre pour choper un bon angle de vue avec notre appareil, vaut mieux être patient 🙂

DSC07142

=et merci dis donc 😉

A ce jour (on y était le 19 octobre 2014), on comptait au SWC (Semenggoh Wildlife Centre) 27 orangs-outans en semi-liberté. 11 d’entre eux sont en réhabilitation et 16 sont nés dans la réserve dont la dernière femelle, la petite Ruby, née en janvier 2013.

DSC07154      DSC07148

= Ritchie, l’alpha male et Annaky, née en dec 2006 (photo qui date)

DSC07151

= ce qui est sympa aussi, c’est que au niveau de l’accueil de la réserve, on trouve cet arbre généalogique 🙂 et plusieurs photos nous permettant d’avoir une idée grosso-modo de qui encore se trouve dans la jungle autour de nous 🙂

 

Les dessous du Semenggoh Wildlife Rehabilitation Centre :

-sponsorisé par Shell, qui faut le savoir participe à la déforestation à l’expansion des plantations de palmiers à huile ‘palm trees’ pour son biodesel.

DSC07115

-j’arrive plus à trouver ma source, mais si je ne me trompe pas, la réserve avait auparavant plusieurs autres cages avec d’autres animaux pour les touristes mais suites aux nombreuses plaintes de touristes à des ONG, la réserve fut fermée pendant quelques années et ensuite réouverte avec une toute autre optique, pourtant on trouve encore 3 cages vraiment petite avec à l’intérieur des crocodiles….

DSC07112

 

Information supplémentaires :

La réserve naturelle de Semenggoh est située à environ 24km de Kuching.

Comment s’y rendre :

via les deux compagnies locales de bus :

-avec le bus K6 de la compagnie City Public Link partant de Kuching à 7h15, 10h15, 13h et 15h30. Pour revenir sur Kuching, les horaires sont les suivantes : 8h30, 11h15, 14h15 et 16h30) moins de RM5

-avec le bus n°6 de la compagnie « Sarawak Transport Company » qui s’arrête devant la porte principale de la réserve. Partant de Kuching à 7h du matin et à 13h, il s’arrête devant la réserve pour le sens inverse vers 9h45 du matin ou 15h45. moins de RM5

– via par un tour opérateur, ou encore un taxi (par contre là on va douiller, les guides touristiques parlent de RM100 pour l’aller retour en taxi)

En savoir plus:

Pour en savoir plus sur les orangs-outans, cette page internet est plutôt bien faite

10 Commentaires

  1. hahaha ils déglinguent les orangs-outans !!! Trop géniales tes photos !!! et c’est vrai que ça doit être incroyable de les voir de près dans la jungle !!! Maintenant tu es où poulette ?? toujours à Kota Kinabalu ? 🙂 ??

    J'aime

  2. Le plus fou c’est que je te crois et t’admire tellement pour ça !!! 🙂 (Moi qui ne sais parfois même pas honorer mes rendez-vous pris il y a 6 mois ;/) – Tu es toujours avec ton amie ? 🙂 ??

    J'aime

    • haha 🙂
      non, elle est partie plonger avec son copain dans les îles Sipadan, (marre de les voir roucouler lol :)), je suis redescendue me poser sur KK pour bosser sur le blog et faire quelques trucs, mais on se rejoint dans quelques jours pour continuer à deux.

      J'aime

  3. Ah ouiiii c’est ton amie qui a obtenu son certificat de professeur de plongée en Thaïlande c’est ça ? Trop fort !! 😀 !! Et quoi là tu as trouvé un petit guesthouse où tu te sens bien et tout ? 🙂 ??

    J'aime

    • oui, c’est elle (aussi elle avec qui j’étais partie à Bali 😉 Tess)
      euh ben non plutôt un backpacker à RM35 la nuit 😉 staff suuuper gentil, et super bien situé, à côté du night market, où je vais manger toujours 🙂 hihi. Je commence à connaître KK comme ma poche presque mais je m’aventure pas dehors la nuit, ça craint un peu ici 😦 faut rester prudente

      J'aime

  4. Oh oui reste prudente alors et écris nous tout plein ;p 😀 !! ça m’a fait plaisir que l’on échange un peu aujourd’hui ensemble – prends bien soin de toi et profite alors de ton dernier jour à KK 😉 !!!

    J'aime

  5. Pingback: Au coeur d’une tribu Iban dans une longhouse des plus traditionnelles située dans la jungle profonde du Sarawak | colombefreiontheroad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :